Pour une poignée de dollars : ce qu'il faut pour faire un bon western spaghetti

Emilie Leoni
Pour une poignée de dollars : ce qu'il faut pour faire un bon western spaghetti

Souvent taclé de "sous genre" par les puristes, le western à l'italienne, autrement appelé "western spaghetti" apparaît au début des années 60 et va bousculer les codes du cinéma mondial, marqué notamment de l'empreinte d'un Sergio Leone, véritable "papa" du genre. Aussi, à l'occasion de la diffusion sur C8 de Pour une poignée de dollars avec Clint Eastwood, Télé-Loisirs.fr vous livre les ingrédients qui font un bon western spaghetti.


1. Morale ? Mais quelle morale ?

Loin du manichéisme (un tantinet suranné) inhérent au western classique made in USA, à savoir les "bons" Américains face aux "méchants" Indiens, et porté par des héros bien sous tous rapports, le western-spaghetti met en scène des hommes, avec leurs travers et leurs défauts. Voyou, violent, égoïste, épicurien, le cow-boy à la sauce italienne n'est pas parfait. Mais fait plus vrai.


2. Des vraies "gueules" de cinéma

Avec le western à l'italienne, exit les belles gueules à la John Wayne ou Gary Cooper. Les cinéastes misent sur des visages burinés et balafrés, ayant "vécu", et pas seulement pour les rôles de méchants : Lee Van Cleef, Charles Bronson, Terence Hill... et bien évidemment Clint Eastwood qui, si l'on ne renie en rien sa "bogossitude", ne correspond pas à l'époque aux canons de beauté qu'exigent les westerns classiques. Devenu "L'homme sans nom" devant la caméra de Leone, le jeune Clint, 34 ans à l'époque de Pour une poignée de dollars, se fera plus qu'un prénom à Hollywood. Merci qui ?


3. Humour noir, toujours. 

"Tu vois, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi tu creuses". Cette réplique culte du film de Sergio Leone Le bon, la brute et le truand résume à elle seule l'humour incisif et noir intrinsèque au western spaghetti. Après tout, ce n'est pas parce qu'on est armé jusqu'aux (...) Lire la suite sur TeleLoisirs.fr

Pour une poignée de dollars : ce qu'il faut pour faire un bon western spaghetti
Nos plus belles années (Arte) : 5 bonnes raisons pour voir cette romance entre Robert Redford et Barbra Streisand.
Mark Hamill a profité de la Star Wars Celebration pour rendre un nouvel hommage à sa partenaire à l'écran
Ariel, Vaiana, Merida, Elsa... Quand les princesses Disney inspirent les parents dans le choix des prénoms de leurs enfants
La grande vadrouille (France 2) : les scènes cultes (VIDÉOS)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages