Les poids lourds bloqués à Douvres autorisés à regagner la France, la situation revient à la normale

·3 min de lecture

Après des jours d'attente, plusieurs milliers de poids lourds bloqués autour du port anglais de Douvres ont pu quitter le Royaume-Uni vers la France grâce à une opération de dépistage massive au Covid-19, ont annoncé, vendredi, les autorités britanniques.

La fin du calvaire pour des milliers de chauffeurs bloqués autour du port anglais de Douvres. Plus de 4 500 poids lourds ont pu quitter le Royaume-Uni pour la France grâce à une opération de dépistage massive au Covid-19 impliquant plus de mille militaires, ont annoncé, vendredi 25 décembre, les autorités britanniques.

La situation au port de Douvres revient ainsi à la normale et le trafic vers Calais "faiblit fortement", après le passage de 2 200 poids lourds vendredi et 1 500 samedi à 18 h, a annoncé la direction du port de Calais.

"Nous avons enregistré un trafic de 1 000 poids lourds jeudi en provenance de Douvres, 2 200 vendredi et à 18 h aujourd'hui, nous en avons comptabilisé 1 500. Le trafic à l'import faiblit fortement depuis quelques heures car la situation est résorbée au Royaume-Uni", a affirmé à l'AFP le directeur général délégué de la société qui exploite les ports de Calais et Boulogne-sur-Mer, Benoît Rochet.

Après 48 heures de fermeture totale due à une nouvelle souche de nouveau coronavirus, la France permet depuis mercredi matin le retour des chauffeurs coincés côté britannique, à condition de présenter un test négatif. Des milliers d'entre eux se sont retrouvés à attendre plusieurs jours avant de pouvoir rentrer chez eux, certains ayant garé leur véhicule sur la piste d'un ancien aéroport, d'autres directement sur l'autoroute.

Vendredi soir, plus de 4 500 camions avaient pu repartir, a annoncé le ministre britannique des Transports, Grant Shapps, sur Twitter. Plus de 10 000 tests avaient été effectués, dont 24 se sont avérés positifs, a-t-il précisé.

En temps normal, jusqu'à 10 000 camions transitent chaque jour par Douvres, le principal port anglais permettant la traversée de la Manche.

Pour renforcer les capacités de dépistage, le ministère de la Défense a annoncé déployer 800 militaires supplémentaires, en plus des 300 déjà mobilisés.

"Bien que des progrès importants aient été faits, des centaines de véhicules ayant pu quitter le Royaume-Uni, un renforcement du dépistage est nécessaire car de nouveaux véhicules continuent d'arriver toutes les heures", a souligné le ministère sur Twitter.

Les militaires vont également participer à la distribution d'eau et de nourriture aux conducteurs bloqués.

La France a envoyé une équipe de 26 pompiers pour aider au dépistage, plus de 1 000 repas et des bénévoles de la Croix-Rouge.

Un retour à la normale samedi

Pour permettre un retour à la normale plus rapide, le Royaume-Uni et la France se sont mis d'accord en vue d'exceptionnellement maintenir le trafic transmanche, maritime et ferroviaire, le jour de Noël.

Les compagnies de ferries n'embarquent des véhicules que dans le sens Douvres-Calais. Sur la seule journée de jeudi, 1 000 poids lourds ont effectué la traversée de Douvres vers ce port du nord de la France et le mouvement s'accélérait vendredi, a déclaré à l'AFP le directeur général délégué de la société qui exploite les ports de Calais et de Boulogne-sur-Mer, Benoît Rochet.

"À ce rythme, la situation devrait être totalement résorbée demain (samedi) dans la journée", a-t-il ajouté.

Sur l'autoroute M20 menant à Douvres, des chauffeurs ont confié à l'AFP, vendredi, qu'ils n'avaient avancé que de 11 kilomètres en 19 heures.

Cette crise a affecté la chaîne d'approvisionnement du Royaume-Uni, très dépendante du trafic transmanche, faisant craindre des pénuries de certains produits frais faute de retour rapide à la normale.

Avec AFP