Podcast. “Six pieds sur Terre”. Quand São Paulo était à sec, par Peter Gammeltoft

·1 min de lecture

Dans ce quatrième épisode de notre série “De l’eau pour tous ?”, le spécialiste danois de la gestion de l’eau Peter Gammeltoft nous raconte la grande crise de l’eau qu’a connue São Paulo, la plus grande ville du Brésil et d’Amérique du Sud, en 2014.

Demain, y aura-t-il de l’eau pour tous ? De la Californie au Québec, en passant par le Congo-Brazzaville, l’Iran ou l’Égypte, cette question concerne tous les continents. C’est celle que nous avons choisi d’explorer dans la deuxième série de notre podcast Six pieds sur Terre.

Dans ce quatrième épisode, nous vous proposons de partir au Brésil, et plus précisément à São Paulo. Cette ville, la plus grande d’Amérique du Sud, a connu en 2014 une crise majeure : le grand réservoir d’eau potable de Cantareira, construit dans les années 1970, était presque vide. En cause, bien sûr, une sécheresse exceptionnelle, mais aussi une croissance démographique très rapide et un manque cruel d’entretien du réseau, raconte le danois Peter Gammeltoft, spécialiste de la gestion de l’eau et membre de la Water Governance Initiative de l’OCDE. Cette crise de grande ampleur est amenée à se reproduire, ajoute-t-il, car, avec la déforestation, le déficit pluviométrique augmente.

Bonne écoute.

_________________

Ce podcast est coproduit par Courrier international et ID4D, le média du développement durable.

  • Entretien : Virginie Lepetit

  • Écriture et présentation : Thomas Hofnung

  • Réalisation : Antoine Dabrowski

  • Musique : album Kagabas, de Lion’s Drums

  • Avec la participation de : Anna Sylvestre-Treiner, Carole Lembezat, Flora Trouilloud, Joffrey Ricome, Pascale Boyen, Claire Carrard

Six pieds sur

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles