PODCAST. "Au comptoir de l’info", Stéphanie Perez, grand reporter, de retour de Syrie.

François Beaudonnet

La journaliste et son équipe, le journaliste reporter d’images Nicolas Auer et le monteur Yann Kadouch, s’étaient joint à un convoi de civils partant pour la ville de Ras al-Aïn. Stéphanie Perez raconte qu’ils avaient décidé de ne pas se mettre à l’avant de la file d’une centaine de véhicules, parce qu’ils savaient que les convois sont souvent attaqués par l’avant. Une décision qui leur a sauvé la vie.

"On vient d’échapper à la mort"

Au moment de l’attaque, elle ne réalise pas tout de suite la gravité de la situation. Ce n’est que plus tard, lorsque toute l’équipe est à l’abri, qu’elle comprend qu’ils viennent d’ «échapper à la mort » Pour Stéphanie Perez, cette prise de risques valait la peine : le reportage diffusé le soir sur France 2 a été repris par de nombreuses télévisions dans le monde. Par ailleurs, la journaliste a été contactée par l’ONU qui enquête sur de possibles crimes de guerre commis par la Turquie.

Un seul crédo : le témoignage du terrain

Tout au long de ses reportages sur des théâtres de guerre, Stéphanie Perez livre que son seul souci est celui du terrain. Qu’il faut sans cesse faire remonter des informations sur la réalité de ce qui se passe, sans se soucier du « bruit » (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi