Le podcast «Anorexie, mon amie» nous plonge dans la spirale infernale de l'anorexie mentale

·2 min de lecture

Dans cette série documentaire en six volets, Mathilde, ancienne anorexique, raconte son parcours et les conséquences de ce trouble du comportement alimentaire sur sa vie. Vous avez des podcasts à recommander? Vous voulez échanger et débattre avec d'autres passionnés? Rejoignez le Slate Podcast Club! Trois cents calories par jour. C'est tout ce que Mathilde s'est autorisée à ingérer pendant plusieurs mois. Désormais guérie de ses troubles du comportement alimentaire, cette ancienne anorexique confie son histoire au micro de son amie, la journaliste Lola Bertet, dans une série documentaire poignante intitulée Anorexie, mon amie et produite par le média en ligne Frictions. À LIRE AUSSI Cette jeune femme a documenté sa bataille contre l'anorexie sur Instagram La lune de miel L'année de ses 20 ans, Mathilde commence à ressentir un malaise grandissant. Elle ne supporte plus d'avoir des formes, de la poitrine, un corps sensuel bien loin de son idéal de féminité longiligne. Elle rêverait de ressembler à Jane Birkin ou à Françoise Hardy, d'avoir un corps de brindille, d'être «la Parisienne» un peu androgyne qu'elle admire. Mathilde veut être perçue comme intelligente, pas comme désirable. Sa solution: mincir. Petit à petit, la jeune femme retire des éléments de son alimentation pour entamer son régime: d'abord les gâteaux, puis les sucreries en général. Suivent le pain, les laitages, l'alcool… Elle fond à vue d'œil, galvanisée par les encouragements de ses proches qui la complimentent sur son physique plus svelte. Dans son milieu bourgeois, il est de bon ton pour une femme d'être mince. Rapidement, le régime tourne à l'obsession. Mathilde se met à compter les calories de tout ce qu'elle ingère et tâche de ne pas dépasser les 300 calories quotidiennes qu'elle s'est fixées arbitrairement –là où une personne adulte a... Lire la suite sur Slate.fr.