La pochette de disque, cette oeuvre d'art : Taschen en a fait un beau livre

Laure Narlian
Nous avons tous nos pochettes de disques favorites. Certaines méritent d'être encadrées car ce sont de véritables oeuvres d'art. Les éditions Taschen proposent avec "Art Record Covers" une superbe anthologie des pochettes d'albums signées de grands artistes, des années 50 à aujourd'hui. De Basquiat à Magritte et de Banksy à Jeff Koons, posez un regard neuf sur vos pochettes de disques.

Votre discothèque recèle aussi des trésors graphiques

Qui sait ? Vous possédez peut-être un trésor à portée de main. Dans votre discothèque. Surtout si votre collection est majoritairement composée de disques vinyles. Car l'art ne se limite pas aux musées, clame ce livre. Tout le monde peut se constituer une superbe collection d'art.

Pour les artistes d'art contemporain, réaliser des pochettes d'albums s'apparente à la volonté de s'aventurer dans la culture populaire et "de chercher différents débouchés ou de nouveaux publics pour leurs idées", écrit en introduction Francesco Spampinato. 

"Avant la Deuxième Guerre mondiale, les disques étaient vendus dans des pochettes cartonnées génériques qui ressemblaient à des albums photos, c'est de là que vient le terme album", nous apprend-il. Le concept du packaging est initié en 1948 pour le tout nouveau 33 tours par un graphiste américain. Les grands labels de disques engagent alors des équipes dédiées de graphistes et illustrateurs talentueux. Ils acquierent ensuite des licences auprès de figures de l'art moderne tels que René Magritte, Joan Miro et Pablo Picasso.

Pop et Pop Art main dans la main

Dans les années 60, les deux pochettes de disque les plus illustres furent Sgt Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles et le premier album du Velvet Underground avec Nico. Ces deux disques sortis en 1967 avaient été créé par des figures du mouvement pop art : Peter Blake et l'artiste Jann Haworth, qui était sa femme à l'époque, et Andy Warhol.

Warhol a aussi réalisé des pochettes pour Aretha Franklin et les Rolling Stones

Andy Warhol qui inventa à cette occasion la première pochette "customisée" et interactive (la banane du Velvet se pelait et révélait une banane à la chair rose très suggestive), n'en est pas resté là. Il a réédité cette idée sexy avec l'album "Sticky Fingers" des Rolling Stones et sa braguette à dézipper.

Reprenant le style très reconnaissable de ses portraits colorés de (...)

Lire la suite sur Culturebox.fr

Disquaire Day 2017 : 12 vinyles très convoités à traquer
"Sgt. Pepper's'" des Beatles : un croquis de Lennon pour l'album aux enchères
Gorillaz : 15 ans d'animation et d'innovations visuelles

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages