Le poète et le boxeur (France 5) - Retour sur la relation ambiguë entre Jean Cocteau et Panama Al Brown

·1 min de lecture

Paris, 4 mars 1938. Le tout-Paris est présent au Palais des Sports : on croise Jean Gabin, Maurice Chevalier, Marcel Cerdan… Au premier rang, Jean Cocteau, assis à côté du jeune Jean Marais, est anxieux. Tout le monde a les yeux braqués sur le poète. Va-t-il réussir son pari ? Permettre à Al Brown, boxeur panaméen, de récupérer son titre de champion du monde face à l’Espagnol Baltasar Sangchili… Celui-ci le lui a ravi, trois ans plus tôt, dans des conditions douteuses. Le Panaméen, drogué à son insu, avait été obligé de déclarer forfait. Champion déchu, il en était réduit à faire des claquettes dans les cabarets.

À lire également

Mort de l'ex-champion du monde de boxe Jean-Baptiste Mendy à 57 ans

Ému par son histoire, Cocteau a décidé de le remettre en selle. Il commence par l’envoyer en cure de désintoxication : le champion spolié avait sombré dans la drogue. La presse se gausse de cet attelage : « Que vient faire un poète dans le monde de la boxe ? » Certains font des plaisanteries de mauvais goût. Aussi, cette soirée a-t-elle un parfum de revanche. À l’issue d’un combat acharné, Al Brown, 35 ans, est déclaré vainqueur aux points. Depuis le ring, il lance un regard éperdu de reconnaissance à son pygmalion. Quand la guerre éclate... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi