PMA : des gynécologues organisent des opérations clandestines

·1 min de lecture
Certains médecins qui effectuent de manière clandestine des conservations d’ovocytes et des inséminations ont témoigné auprès de « Libération ».

Avant le vote du projet de loi bioéthique, certains médecins effectuent déjà des conservations d'ovocytes et des inséminations, rapporte « Libération ».

Au moment où le projet de loi bioéthique, qui contient l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, revient à l'Assemblée nationale, ce lundi 7 juin, plusieurs médecins effectuent déjà, de manière clandestine, des conservations d'ovocytes et des inséminations. Comme le révèle Libération, ces professionnels de santé, qui sont également militants de la cause LGBT, pratiquent des PMA pour des femmes célibataires ou homosexuelles.

« Je ne crois pas risquer la prison, mais je risque d'être radié de l'Ordre des médecins pour manquement déontologique, plus une amende de 75 000 euros ! » reconnaît un gynécologue exerçant à Paris, qui pratique clandestinement des inséminations artificielles en collaboration avec la banque de sperme danoise Cryos, et qui témoigne auprès du quotidien de manière anonyme. En réalité, Libération souligne que cette pratique illégale est passible de cinq ans de prison, en plus de 75 000 euros d'amende, selon le Code pénal. Mais, à l'heure actuelle, aucun gynécologue n'est poursuivi pour ces activités clandestines.

À LIRE AUSSI : Accès aux origines : « Nous sommes dans une quête d'identité, pas affective »

Deux autres médecins, qui pratiquent également des conservations d'ovocytes, expliquent que c'est avant tout par conviction qu'ils aident ces femmes car ils estiment qu'elles doivent pouvoir disposer de leurs organes reproducteurs comme elles le souhaitent. Cette pratique n'est toutefois pas ouverte à toutes en France. Pour en bénéficier, il fau [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :