La PMA doit être examinée "dans un cadre serein", estime Vallaud-Belkacem

Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, a affirmé jeudi que les conditions d'entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l'espace Schengen n'étaient actuellement "pas réunies", une semaine après que Manuel Valls se soit dit "plus que réservé" à ce propos

La porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a estimé mercredi que la question de l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à tous les couples devait être examinée "dans un cadre serein", jugeant "bien naturel" d'attendre l'avis du Comité consultatif national d'éthique (CCNE).

Le CCNE a reporté à début 2014 son avis sur l'ouverture de la PMA aux couples de femmes homosexuelles, ce qui ne permet pas d'intégrer cette mesure au projet de loi sur la famille qui doit être examiné avant la fin de l'année.

"Il faut avoir à l'esprit que la PMA, c'est un enjeu de santé publique qui doit être abordé dans un cadre qui permette de traiter sereinement tous les enjeux, y compris les enjeux de bioéthique, donc nous trouverons le meilleur véhicule pour porter l'ensemble de ces enjeux", a affirmé Mme Vallaud-Belkacem, interrogée par la presse lors du compte rendu du Conseil des ministres. La porte-parole du gouvernement est également ministre des Droits des femmes.

"A partir du moment où on a saisi le comité d'éthique, c'est bien naturel d'attendre qu'il rende son avis. Cela ne préjuge pas du fait que nous suivrons à la lettre (son) avis en la matière", a-t-elle souligné.

"Ce sujet doit être abordé dans un cadre serein qui permette de poser l'ensemble des enjeux. C'est plutôt une bonne chose que d'intégrer cette mesure, ce sujet dans le cadre d'un texte plus global, notamment portant sur les enjeux bioéthiques", a insisté Mme Vallaud-Belkacem.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages