Plusieurs cas de leptospirose en Occitanie : quelle est cette maladie infectieuse transmise par les rats ?

·2 min de lecture
La leptospirose est une maladie bactérienne présente dans le monde entier.

Cette maladie, souvent bénigne, peut toutefois provoquer une insuffisance rénale voire conduire à la mort dans certains cas.

L’Agence régionale de Santé (ARS) a rapporté une dizaine de cas de leptospirose ces derniers temps. Ces personnes ont pratiqué des activités sur le cours d'eau de l'Argensou, au niveau d'Auzat et de Vicdessos (Ariège). Cette maladie s’attrape dans une eau contaminée par les rongeurs. Entre 2014 et 2016, il y a eu 600 cas de cette maladie infectieuse. Si elle est généralement bénigne, elle peut toutefois s’avérer mortelle. À l’origine de cette maladie, une bactérie : la leptospire, véhiculée par les rongeurs. "L’homme se contamine à son tour lors d’un contact avec cette eau souillée, lors d’une baignade ou de la pratique de toute autre activité nautique. Seules les eaux douces peuvent être concernées", précise l’ARS Auvergne Rhône-Alpes. Cette maladie se manifeste par des symptômes ressemblant à un tableau grippal : une fièvre supérieure à 38°C, des maux de tête et des douleurs musculaires et articulaires diffuses. Dans les formes plus graves, le foie, les reins, les méninges peuvent être atteints. La période d'incubation dure entre 4 et 14 jours. "Les formes graves (ictéro-hémorragique ou maladie de Weil) associent insuffisance rénale aiguë, atteinte neurologique (convulsions, coma) et des hémorragies plus ou moins sévères (pulmonaire, digestive). La convalescence est longue, mais généralement sans séquelles. Des complications oculaires (uvéite, kératite) tardives peuvent survenir", détaille l'Institut Pasteur.

Un traitement antibiotique

En cas d’apparition de ces symptômes dans les trois semaines suivant la pratique d'une activité nautique en eau douce, il est recommandé de consulter rapidement son médecin traitant. Si nécessaire, il pourra prescrire un traitement antibiotique.

Pour éviter la contamination, l’ARS donne certains conseils de prévention : éviter de pratiquer une activité en cas de plaie, ne pas se baigner en dehors des zones de baignade autorisées, toujours prendre une douche savonneuse après l’activité et bien rincer son matériel avec de l’eau potable. Si des plaies surviennent pendant la pratique sportive, il faut impérativement éviter le contact de la plaie avec l’eau, laver avec de l’eau potable et du savon, désinfecter avec un antiseptique et appliquer un pansement imperméable.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "La France a connu, entre 2018 et 2020, une augmentation de 37% de punaises de lit"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles