Plus de 16 000 Français concernés par des défaillances du pacemaker Abbott

Les pacemakers ont possiblement été implantés entre septembre 2019 et juillet 2022
Les pacemakers ont possiblement été implantés entre septembre 2019 et juillet 2022

Des pacemakers de la marque Abbott/St. Jude Medical présentent un problème de fabrication pouvant conduire "dans de rares cas à un défaut d'étanchéité", informe l’ANSM.

Les 16 300 Français porteurs de pacemakers Abbott/St. Jude Medical vont être prochainement contactés par les établissements de santé qui ont réalisé la pose. Leurs chirurgiens devront déterminer si le dispositif doit être retiré ou non. L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a tiré la sonnette d’alarme ce jeudi, après que la société américaine a prévenu les autorités françaises d’une défaillance.

"La société Abbott/St. Jude Medical a informé l’ANSM d’un problème de fabrication conduisant dans de rares cas à un défaut d’étanchéité sur certains de ses stimulateurs cardiaques implantables (“pacemakers”) double chambre, modèles Assurity et Endurity fabriqués et distribués entre septembre 2019 et avril 2022 et possiblement implantés entre septembre 2019 et juillet 2022 (16 300 stimulateurs en France)", détaille un communiqué.

Des risques pour les patients

Les risques pour les patients concernés sont "une perte de la stimulation cardiaque, une réduction de la durée de vie de la batterie, un passage du dispositif en mode de stimulation de secours et/ou une perte des capacités de communication avec le stimulateur (par télémétrie en consultation et par télésurveillance au domicile du patient)", ajoute l’autorité sanitaire.

Les dispositifs concernés par cette défaillance sont :

  • pour la Gamme Assurity, certains numéros de série du modèle PM2272 ;

  • pour la Gamme Endurity, certains numéros de série du modèle PM2172.

Si vous présentez des symptômes "tels qu’un rythme cardiaque lent, des étourdissements, des vertiges, une perte de connaissance (syncope) ou tout autre symptôme inhabituel, contactez rapidement le médecin en charge de votre suivi, ou son service", conseille l’ANSM.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Ces quatre points vont vous sauver des maladies cardiovasculaires"