La "plupart" des membres du G20 condamnent fermement la guerre en Ukraine

Le sommet des dirigeants du G20 à Nusa Dua, sur l'île indonésienne de Bali, le 16 novembre 2022. - SAUL LOEB / AFP
Le sommet des dirigeants du G20 à Nusa Dua, sur l'île indonésienne de Bali, le 16 novembre 2022. - SAUL LOEB / AFP

La "plupart" des membres du G20, "ont condamné fermement la guerre en Ukraine" et tous se sont accordés sur le fait que le conflit "sape l'économie mondiale", selon un communiqué commun publié ce mercredi à l'issue du sommet du groupe à Bali.

"La plupart des membres ont condamné fermement la guerre en Ukraine et souligné qu’elle provoquait d’immenses souffrances humaines et aggravait les vulnérabilités existantes de l’économie mondiale (...). D’autres avis et des évaluations différentes de la situation et des sanctions ont été exprimés", peut-on lire dans le communiqué final du G20.

Si cette phrase laisse aux uns et aux autres, notamment à la Russie, la possibilité d'être associés ou non à la condamnation et au texte, elle reste pourtant une victoire pour la France. Ce lundi, l'Élysée disait ne pas croire à une déclaration des vingt pays condamnant la guerre en Ukraine.

Le G20 au complet condamne l'usage de l'arme nucléaire

Les vingt pays ont néanmoins souligné ensemble dans ce texte conjoint, que "l'emploi ou la menace d'utiliser des armes nucléaires sont inacceptables". "Il est indispensable de faire respecter le droit international et le système multilatéral qui garantissent la paix et la stabilité", affirment-ils dans leur communiqué.

"Notre époque ne doit pas être une période de guerre", complètent-ils.

Le premier accord conjoint depuis février

L'Indonésie, pays hôte du sommet des dirigeants du G20, espérait début 2022 pouvoir centrer sa présidence sur les efforts de coopération pour redresser l'économie mondiale après la pandémie de Covid-19. Mais la guerre engagée en février par la Russie en Ukraine a bouleversé ce programme, notamment en creusant les divisions entre les pays.

Après une série de réunions ministérielles préparatoires au G20 qui avaient échoué à déboucher des positions communes, l'Indonésie a multiplié les efforts diplomatiques pour obtenir un accord à l'issue du sommet.

"Aujourd'hui, nous avons réussi à adopter et ratifier la déclaration des dirigeants du G20", s'est félicité le président indonésien Joko Widodo, soulignant qu'il s'agissait du premier accord sur un texte conjoint depuis février au sein du groupe.

Article original publié sur BFMTV.com