Des pluies d’acide sulfurique auraient initié l’extinction des espèces terrestres il y a 252 millions d’années

La fin du Permien, il y a environ 252 millions d’années, représente une période critique dans l’histoire de la vie sur Terre. Il s’agit en effet de la plus importante crise biologique, qui a vu la disparition de près de 90 % des espèces marines et plus de 70 % des espèces terrestres.

Les causes de cette extinction sont principalement imputées au volcanisme intensif des Trapps de Sibérie et peut-être d’autres volcans récemment identifiés, qui a profondément modifié la chimie des océans et provoqué un réchauffement climatique catastrophique, entraînant l’établissement de conditions environnementales toxiques pour la grande majorité des êtres vivant dans les océans. Cependant, peu sont encore connues sur les mécanismes ayant conduit à l’extinction des espèces vivant à terre.

Un volcanisme très intensif, s'étalant sur plusieurs millions d'années, serait à l'origine de la crise de la fin du Permien. © Wead, Adobe Stock
Un volcanisme très intensif, s'étalant sur plusieurs millions d'années, serait à l'origine de la crise de la fin du Permien. © Wead, Adobe Stock

Des aérosols sulfatés en quantité dans l’atmosphère à la fin du Permien

Dans une nouvelle étude, une équipe de scientifiques chinois et américains a donc tenté de démêler les causes et mécanismes physico-chimiques à l’origine de la disparition de nombreuses espèces terrestres. Après avoir réalisé et analysé plus de 1.000 mètres de carottes sédimentaires permettant de reconstruire les conditions environnementales du Permien, les scientifiques ont découvert que cette période était associée à d’importantes perturbations climatiques causées par la présence d’aérosols de sulfate dans l’atmosphère. De courtes périodes de refroidissement, similaires à des hivers volcaniques, se seraient en effet succédé au sein d’un schéma global et à long terme de réchauffement climatique extrême.

Pluies acides, hivers volcaniques et réchauffement : le combo pour une extinction de masse

L’étude, menée dans le bassin de Sydney, en Australie, montre que la disparition des espèces continentales coïncide avec une modification claire de la composition atmosphérique. Les mesures...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles