Plongez dans la Galaxie des Horreurs de la Nasa, frissons cosmiques garantis

Xavier Demeersman, Journaliste
·1 min de lecture

Pour Halloween, la Nasa a demandé à ses artistes de réaliser une envoutante série d’affiches sur certains des aspects les plus sombres et effrayants de l’univers avec la complicité d’astronomes. Vous pouvez toutes les retrouver en téléchargement gratuit — et haute résolution pour impression — et des contenus interactifs, dans la bien nommée galerie Galaxy of Horrors du site Nasa Exoplanet.

Trois nouvelles affiches dans la galerie Galaxy of Horrors à télécharger gratuitement. © Nasa, JPL-Caltech
Trois nouvelles affiches dans la galerie Galaxy of Horrors à télécharger gratuitement. © Nasa, JPL-Caltech

Ceci n’est pas de la science-fiction, mais la réalité !

Une pléiade d’affiches exclusives travaillées pour l’événement dans un style vintage résolument assumé. Comme autant de promesses de fictions à dévorer au cinéma ou dans son canapé. Mais il faudra se contenter de ces superbes visuels. Autrement, on se serait précipité en salles. Néanmoins, ne soyons pas frustré, car tous ces sujets mis en avant et illustrés sont bel et bien réels. Pari réussi pour la Nasa d’intéresser le plus large public possible aux différents domaines de recherches qui l’occupent comme, par exemple, des exoplanètes plus chaudes que l’enfer (la planète Kepler-70b avec Kepler’s Inferno), les étoiles qui hurlent leurs colères (les naines rouges avec Flares of Fury), la toile cosmique sous l’emprise de l’obscure araignée de la matière noire (Dark Matter) ou encore les sinistres galaxies emplies de soleils morts… (Galactic Graveyard).

« Une des choses que j'aime vraiment à propos de ces affiches est que si vous passez du temps à étudier l'art, vous allez peut-être en apprendre un peu plus sur chacun de ces sujets, vous verrez que les artistes ont beaucoup réfléchi aux choix qu'ils ont faits pour mettre en valeur la science », a souligné l’astrophysicien Jason Rhodes, qui a été consulté pour ce projet.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura