Plongée au coeur d'un festin de trou noir

·2 min de lecture

En étudiant une puissante émission de rayons X en provenance d'une galaxie lointaine, des chercheurs de l'Université d'Arizona ont pu déterminer la masse et la vitesse de rotation d'un trou noir surpris en plein festin. Avec une surprise à la clef...

Ce festin se déroule à 770 millions d’années-lumière de la Terre, au coeur d'une galaxie située dans la constellation du Verseau. Un trou noir dévore une pauvre étoile qui a croisé son chemin... Et cela ne passe pas inaperçu ! Puisque les agapes s’accompagnent d’une formidable libération d’énergie, notamment sous la forme de rayons X, ce qui fait briller intensément les alentours de l'astre. Et cela depuis au moins 2006, année où la source "J2150" a été détectée. Une équipe de l’Université d’Arizona vient de publier dans une étude très poussée du trou noir en question. Elle révèle notamment sa masse : 10.000 fois celle du soleil. Une bonne nouvelle pour les astrophysiciens car il appartient à une catégorie activement recherchée : les trous noirs intermédiaires…

De ballon de foot à ballon de rugby

Lorsqu’une étoile passe trop près d’un trou noir, l’extrême force de gravité qu’exerce l’astre sur son environnement la disloque par effet de marée. En effet, le gradient de la force est tel que la partie de l’étoile tournée vers le trou noir est bien plus attirée que la partie opposée. L’astre passe ainsi de la forme d'un ballon de foot à celle d'un ballon de rugby, avant d’être totalement broyé. Ses restes gazeux constituent alors un disque d’accrétion qui finit dans le trou noir. Mais juste avant, la matière est accélérée à des vitesses proches de la lumière, ce qui produit ce rayonnement intense. Tellement intense que les alentours du trou noir peuvent briller davantage que l’ensemble des étoiles de la galaxie qui l’abrite, pendant des mois, voire des années… L’équipe de l’Université d’Arizona, mené par Sixiang Wen, s’est intéressée à une forte émission de rayons X, détectée dès 2006 par le télescope spatial Chandra de la Nasa, et l’observatoire spatial XMM-Newton de l’ESA. Scruté par Hubble venu à la rescousse, l’événement en question est identifié en 2018 comme correspondant à la destruction d’une étoile par un trou noir. Cette nouvelle étude montre qu'il appartient [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles