Plongée en apnée dans les lacs glaciaires, une expérience riche et sublime, par Rémi Masson

·2 min de lecture

Après avoir commencé la plongée dans le lac d'Annecy, j'ai rapidement pris conscience de l'extraordinaire richesse des Alpes en milieux d'eau douce et suis parti à la découverte d'endroits plus sauvages comme les torrents, les étangs et bien sûr les lacs de montagne. La photo est mon outil très précieux pour témoigner de la beauté de nos eaux douces et des paysages surprenants qui s'y cachent.

Image saisie d'un monde caché. © Rémi Masson, tous droits réservés
Image saisie d'un monde caché. © Rémi Masson, tous droits réservés

Il existe plus d'un millier de lacs dans les Alpes, ce qui constitue pour moi un terrain de jeu illimité, l'aventure à portée de main. Parmi ceux-ci, très peu ont été plongés du fait de leur difficulté d'accès et de la logistique que demande le transport sur place du matériel de plongée.

L'apnée, une fabuleuse approche pour des milieux extrêmes

Mon approche par la plongée en apnée est en ce sens un atout puisqu'en réduisant le matériel nécessaire, elle me permet d'accéder à des lacs très isolés au sein des massifs montagneux. C'est aussi une approche très douce et naturelle du milieu qui permet une plus grande liberté de mouvements. Mon matériel se compose d'une combinaison néoprène de sept millimètres d'épaisseur, d'une ceinture de plomb, de gants et chaussons de plongée, de palmes, masque et tuba. Avec le caisson photo et le reste du matériel de randonnée, mon sac accuse tout de même un peu plus de 30 kilos.

Pas de plongée sans équipement ! © Rémi Masson, tous droits réservés
Pas de plongée sans équipement ! © Rémi Masson, tous droits réservés

J'ai commencé à plonger tout d'abord dans des lacs situés aux alentours de 2.000 mètres d'altitude à la recherche de la petite faune lacustre : tritons alpestres, truites, vairons, omble chevalier ou omble de fontaine dont j'ai fait le sujet de mes images, je m'intéresse aujourd'hui davantage aux lacs les plus hauts, au-delà de 2.500 mètres.

Des ouvertures naturelles où se glisser et évoluer. © Rémi Masson, tous droits réservés
Des ouvertures naturelles où se glisser et évoluer. © Rémi Masson, tous droits réservés

À cette altitude le minéral est roi et la vie se limite le plus souvent à quelques filaments d'algues sur le...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles