Publicité

Plongée en apnée : comment débuter et progresser ? Les conseils d'une apnéiste

Plonger en apnée, c'est entrer dans l’immensité de l’océan. “Au fil de la descente, la lumière s’estompe. La lumière du bateau s’éloigne tandis que celle du soleil se voile”, décrit Eva André, membre de la Blue Addiction Pro Team et l’un des grands espoirs français de sa génération en apnée statique. En France, le développement de l'apnée est en pleine expansion. Selon le dernier recensement du ministère des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques datant de 2016, la France compte environ 2,5 millions d’adeptes de l’apnée sous-marine. Mais ces chiffres pourraient être revus à la hausse, tant les places disponibles dans les clubs de plongée en apnée se font rares. Alors, comment s’essayer à la plongée en apnée en activité de loisir ? Quels sont les risques ? Quel équipement faut-il choisir ? On fait le point avec une apnéiste professionnelle.

La plongée en apnée est une activité aquatique qui se pratique sans bouteille de plongée et s’effectue aussi bien en mer qu’en piscine. Elle se divise en trois grandes catégories, qui elles même englobent différents types d'apnée.

Lors d’une descente en apnée statique, après quelques mètres, l’air est comprimé dans les poumons du fait de la pression de l'eau. Mais plonger dans l’eau entraîne le "réflexe d’immersion", présent chez tous les mammifères. “Cela permet de moins ressentir la sensation d’étouffement lorsque l’on est immergé. Il permet de ralentir le rythme cardiaque et de concentrer le sang dans les organes vitaux”, explique (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite