En pleine tension avec la Chine, l'Australie dépense des milliards pour renforcer sa défense

·1 min de lecture

Alors que les tensions ne cessent de croître entre Pékin et Canberra, l’Australie a décidé de mettre fin à sa tradition de neutralité. L’île-continent va même dépenser près de 1,4 milliard d’euros pour renforcer sa puissance militaire. Selon le quotidien The Australian, le premier ministre Scott Morrison a autorisé l’achat de centaines de véhicules blindés à des entreprises américaines. Parmi les nombreux engins commandés par l’armée australienne, on trouve notamment une liste de 75 tanks M1A2 SEPv3 Abrams.

Derrière ce nom barbare se cache une version modernisée du principal char de combat de l’US Army. En service depuis plus de quarante ans, ce véhicule blindé a déjà fait ses preuves lors des deux guerres du Golfe, mais aussi en Afghanistan. Dans sa nouvelle version, le M1A2 SEPv3 Abrams profite de certaines améliorations qui lui permettent essentiellement de mieux viser ses cibles mais aussi de les détruire plus vite. Ce tank ne sera pas seul puisque l’Australie a aussi commandé des appareils de déminage “M1150 Assault Breacher Vehicle”. Ces engins imposants pesant plus de 80 tonnes peuvent dégager des voies pour les autres unités de combat de l’armée australienne. Ils possèdent également l’avantage d’être pilotables à distance lors de leurs opérations de déminage.

>> À lire aussi - L’Australie rompt un contrat avec la Chine sur la Route de la Soie, "incompatible” avec sa politique étrangère

La liste d’appareils achetés par Canberra ne s’arrête pas là. Dix-huit blindés lourds (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Faute de personnel en caisse le 1er-Mai, les clients abandonnent leur charriot
Une bouteille de Petrus revenant de l'ISS prête à battre des records de vente
Les personnels soignants privés de revalorisation salariale, ce que les retraités paient pour être bien assurés... Le flash éco du jour
“La légalisation est la meilleure façon de lutter contre les risques du cannabis”
Un agriculteur belge bouleverse le tracé de la frontière