Publicité

En pleine présidentielle, Vladimir Poutine promet une réplique à des attaques sur le sol russe

Le démarrage du scrutin présidentiel russe, voué à réélire triomphalement Vladimir Poutine, a été perturbé ce vendredi 15 mars par des actions de protestation isolées et de nouvelles attaques venues d'Ukraine dans les régions frontalières. Vladimir Poutine a promis que la Russie répliquerait à ces attaques. Au moins treize personnes ont été arrêtées pour des dégradations dans des bureaux de vote, des actes dont les mobiles précis n'ont pas été rendus publics.

Vladimir Poutine, qui a voté en ligne ce vendredi, au premier jour du scrutin destiné à le réélire, a assuré que les frappes ukrainiennes contre le territoire russe, qui se sont multipliées ces derniers jours, ne resteraient pas « impunies ».

Pour le président russe, tout cela est mis en place afin de perturber le processus de vote et « d'intimider la population, en tout cas au moins dans les zones frontalières ». « Le régime néonazi de Kiev a conçu et tente de mener un certain nombre d'actions armées, criminelles et démonstratives, poursuit-il. Il s'agit tout d'abord de frapper des lieux d'habitations sur le territoire russe. (...) Ces frappes ennemies ne restent pas et ne resteront pas impunis », a déclaré Vladimir Poutine.

En Ukraine occupée, une bombe a explosé sans faire de victimes devant un bureau de vote de la région méridionale de Kherson, et les forces ukrainiennes ont bombardé deux commissions électorales locales, selon les autorités d'occupation. Le parquet de Moscou avait mis en garde jeudi contre toute protestation, aucune critique ni opposition n'étant tolérée en Russie.


Lire la suite sur RFI