En pleine pandémie de Covid-19, le bain de foule de Miss France 2021 passe mal

·2 min de lecture

Les images du premier déplacement de Miss France 2021 face au public en pleine pandémie de Covid-19 ont provoqué la polémique. 

Des spectateurs masqués mais massés les uns contre les autres pour apercevoir Miss France 2021. Le premier déplacement d'Amandine Petit a attiré la foule samedi en Moselle, mais également une polémique locale. La reine de beauté élue avant Noël a rencontré les Français et participé à une séance de dédicaces dans le centre commercial à Farébersviller. Si la Normande de 23 ans se trouvait derrière une paroi en plexiglass pour signer les autographes, la distanciation physique pour se protéger contre le Covid-19 était loin d'être appliquée si l'on en croit les images de l'événement publiées sur les réseaux sociaux.

La colère des élus locaux

Des élus locaux ont vivement dénoncé la tenue de cet événement le même jour que l'instauration d'un couvre-feu à 18 heures dans le département à cause de la situation sanitaire alarmante. Christophe Arend, député LREM de Moselle, s'interroge sur le «bon sens» de ce bain de foule, rappelant notamment que les services de réanimation dans le département sont «saturés à 86%» tous patients confondus. La députée LREM Hélène Zannier souhaite que les organisateurs prennent «leurs responsabilités» et «ne doute pas que la préfecture sera saisie». Ce rassemblement est «inadmissible» a écrit sur Facebook Caroline Fiat députée LFI et aide-soignante, estimant que le premier déplacement d'Amandine Petit aurait pu être effectué dans un «département épargné» par la pandémie. «En tant que future directrice d’Ehpad elle a peut-être prévu de rester sur place pour nous aider suite à cette inconscience», a-t-elle ironisé.


Lire la suite sur Paris Match