En pleine pénurie de masques, gare aux arnaques et produits non conformes

Le HuffPost avec AFP
En pleine pénurie de masques, gare aux arnaques et produits non conformes

CORONAVIRUS - Des pharmacies cambriolées, des achats motivés par la panique et désormais des doutes sur la qualité. Depuis le début de l’épidémie de coronavirus et plus encore à l’approche du début du déconfinement le 11 mai, la question des masques de protection contre le coronavirus n’a eu de cesse de se poser. 

Mais si les tensions concernant l’approvisionnement vont progressivement s’apaiser du fait des distributions à venir de la part des collectivités (la région Île-de-France pour ce qui est des transports franciliens par exemple), de nouvelles questions émergent. En particularité au sujet de la conformité des masques qui seront disponibles sur le marché. 

Avertis par une pharmacie italienne

Ainsi, comme le révèle franceinfo ce samedi 25 avril, l’École supérieure du bois, une institution délivrant des formations en ingénierie du côté de Nantes, a découvert des faux certificats de conformité à son nom pour des masques commercialisés en ce moment. Selon nos confrères, ces documents seraient utilisés par une entreprise britannique se fournissant sur le marché chinois. 

Or cet exemple n’est que le dernier d’une longue série. Car ces dernières semaines, plusieurs organismes situés partout en Europe (ils sont une centaine en Europe a pouvoir délivrer le marquage CE des masques FFP2 par exemple) ont fait le même constat.

Pour écouler des produits et échapper au long processus de validation de leurs stocks, certains revendeurs n’hésitent pas à falsifier des documents de conformité. C’est ce que décrit un cadre de l’école nantais, toujours auprès de franceinfo, expliquant que si son établissement n’est aucunement habilité à certifier les masques, une pharmacie romaine l’a récemment contacté pour lui demander s’il avait effectivement donné son agrément à un masque chinois. Un faux donc, contre lequel l’ESB va porter plainte.  

Des pays floués par des masques importés

Et le même problème se joue aussi à beaucoup plus grande échelle. Ainsi, vendredi 24 avril, le gouvernement...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post