En pleine nuit, une météorite s’écrase sur son oreiller

·2 min de lecture

«Je n’ai jamais eu aussi peur de ma vie », raconte Ruth Hamilton. Le 11 octobre dernier, cette femme habitant à Golden, en Colombie-Britannique au Canada, a été réveillée en sursaut par le bruit d’une roche en train de s'écraser près d'elle. « J’ai entendu une énorme explosion et senti les débris sur mon visage », explique cette miraculée. Un morceau de roche gris de la taille d'un melon avait percé le toit avant d’atterrir sur son oreiller, à quelques centimètres de sa tête.

Ruth Hamilton a appelé les pompiers, qui ont d’abord cru qu’il s’agissait d’un débris provenant d’un chantier de construction à proximité de la maison. « Le policier a appelé le chantier qui lui a dit qu’aucun dynamitage n’avait eu lieu cette nuit-là, mais que les travailleurs avaient vu une sorte d’explosion dans le ciel, comme une étoile en train de tomber ». Le policier a donc conclu qu’il s’agissait d’une météorite, ce qui a ensuite été confirmé par une équipe d’experts de l'Université Western de London, en Ontario. Ces derniers n’ont pas encore examiné la roche, mais ils pensent qu’elle provient de la ceinture principale des astéroïdes.

Un événement du même genre s’était déjà produit en août 2020, en Indonésie, où une météorite de 2,5 kg avait traversé le toit d’une maison pour se loger dans le sol. La nouvelle avait fait le tour du monde et la météorite, nommée Kolang, avait été vendue à un collectionneur. Environ 84.000 météorites tombent chaque année sur Terre, mais la plupart d'entre elles ne pèsent que quelques grammes et atterrissent dans des endroits déserts ou dans l’océan. Il existe un seul cas connu d’une personne tuée par une météorite, datant du 22 août 1888, en Irak.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles