"Elle est en pleine détresse": une femme venue à l'aide de la "séquestrée de Brignay" témoigne

·3 min de lecture
Gaëlle a été séquestrée trois ans par sa mère et sa sœur à Bignay (Charente-Maritime) - BFMTV
Gaëlle a été séquestrée trois ans par sa mère et sa sœur à Bignay (Charente-Maritime) - BFMTV

Son histoire avait sucité l'effroi. Pendant trois ans, Gaëlle a été séquestrée par sa mère et sa soeur dans une maison insalubre à Brignay, en Charente-Maritime. En pleine nuit à la fin du mois d'août, elle avait réussi à s'échapper en se réfugiant chez une voisine, qui l'avait recueillie.

"Elle était pieds nus, en culotte, avec une sorte de dreadlock dans les cheveux, imbibée d’urine et d’excréments", avait raconté cette dernière à BFMTV.com.

Plus d'un mois après avoir réussi à fuir son calvaire, Gaëlle tente de se reconstruire dans la difficulté. D'hôpitaux en foyers, la jeune femme est en quête de stabilité. "J'ai pas envie, les repas sont pris en commun mais on ne m'a pas dit que c'était fermé le soir, et j'ai refusé", confie-t-elle à RTL.

"On peut pas passer (son temps, ndlr) à renfermer dans un lieu une personne qui a été séquestrée".

"En pleine détresse"

Depuis sa sortie d'hôpital, contre l'avis du personnel médical, Gaëlle s'est payée quelques nuits d'hôtel avec le peu d'argent qu'elle possède. Vendredi, la jeune femme de 25 ans errait dans la rue où elle aurait pu passer la nuit si elle n'avait pas croisé la route de Marie-Béatrice Vergnaud. C'était en fin de journée, Gaëlle se présente dans l'agence immobilière de cette dernière, située dans le centre-ville de Saintes, pour se rendre aux toilettes. Son fils est alors seul et alerte sa mère qui arrive immédiatement.

"Elle était assise sur un banc, elle avait juste un sac poubelle pour mettre ses affaires, on aurait dit un petit oiseau tombé du nid, raconte à BFMTV.com Marie-Béatrice Vergnaud. Elle ne bougeait pas, elle était en pleine détresse. Je lui ai demandé comment elle allait et elle m'a répondu 'je suis la séquestrée de Brignay'. Elle n'était ni lavée, ni coiffée. C'est l'affaire la plus sordide que j'ai jamais vu."

Ni une ni deux, la sexagénaire lui offre son aide et lui propose de manger un repas. "Elle n'avait rien bu, ni mangé depuis le matin", explique-t-elle. Marie-Béatrice Vergnaud propose également de lui payer une nuit d'hôtel. Finalement, la commerçante règle l'hôtel jusqu'à ce mardi matin. L'hôtelier a lui aussi fait un geste pour venir en aide à Gaëlle. Reste que la jeune femme, qui "refuse la contrainte et toutes les solutions proposées" n'a pas de solution pérenne.

"C'est une victime, elle a absolument besoin d'accompagnement, elle refuse l'hygiène, elle est dans un état de délabrement identique à celui dans lequel on l'a retrouvée", se désole Marie-Béatrice Vergnaud, qui décrit une jeune femme "jolie, rigolote, au fort tempérament et très intelligente".

A la recherche d'une solution pérenne

Gaëlle est seule. Elle ne voit plus son père et sa seule famille, sa mère et sa soeur, ont été mises en examen et placées en détention provisoire. La jeune femme a expliqué aux enquêteurs avoir été violentée à plusieurs reprises pendant ces trois années de séquestration par une mère et une soeur suivant un rite religieux.

Elle a été régulièrement privée de repas et vivait dans des conditions de vie indignes, enfermée dans sa chambre au milieu de ses excréments. Un témoignage corroboré par les examens médicaux et les témoignages recueillis par les enquêteurs. En novembre 2010, les services sociaux avaient d'ailleurs émis un signalement.

Aujourd'hui, la mairie de Saintes cherche une solution pour Gaëlle. Selon nos informations, la jeune femme est actuellement prise en charge dans un logement le temps de trouver une solution durable.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles