Playlist

Libération.fr

Encore un terme anglais passé dans le vocabulaire courant. Il désigne la «liste de lecture», les morceaux de musique que vous écoutez ou que l’on vous propose d’écouter. Rien de véritablement nouveau (les stations de radios ont des playlists depuis leur naissance), mais ce terme a pris une tout autre importance depuis la généralisation des sites de streaming et l’apparition des enceintes connectées. Ils en ont fait leur arme de séduction massive envers les indécis, les hésitants, ceux qui préfèrent qu’on leur suggère plutôt que chercher par eux-mêmes et, enfin, ceux qui, n’achetant plus de disques, se retrouvent perdus dans le labyrinthe de la musique dématérialisée. Voilà pourquoi il y a dorénavant des playlists pour tout : le dîner, la soirée, bien démarrer la journée, le «romantic mood», les fêtes ou le coin du feu. Chacune déclinée en d’infinies variations comme cette playlist pour le travail divisée en «musique pour la concentration», «beats to think to», «indie folk for focus» ou encore «reading chillout». Pratique ou terrifiant, choisis ton camp, camarade !

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

12-18 janvier
Tallies L’âge de l’innocence
Shlømo : «C’est une belle image, sans domination, ni avilissement»
playlist
Love on the BYSTS