Comment les plateformes d’avocats dynamisent l’accès au droit

Par Laurence Neuer
·1 min de lecture
On dénombre une cinquantaine de LegalTech pilotées par des avocats en exercice (photo d'illustration).
On dénombre une cinquantaine de LegalTech pilotées par des avocats en exercice (photo d'illustration).

Appli de mise en relation, calculateurs d'indemnités, générateurs de contrats, etc., les outils développés par les robes noires offrent aux citoyens une large palette de services pour défendre leurs droits. L'avocat startupper est sorti du bois lorsque les décrets Macron du 30 juin 2016 l'ont autorisé à exercer une activité commerciale « connexe » pour ses clients et prospects. Un spécialiste du divorce peut ainsi proposer des séances de médiation ou des cours de yoga parallèlement à son activité afin d'apaiser les tensions liées aux séparations. Une cinquantaine de LegalTech sont aujourd'hui pilotées par des avocats en exercice, soit environ 20 % du marché de la LegalTech.

« L'accès au droit et à la justice est un vrai problème en France, ce qui crée une fenêtre d'opportunité pour bâtir des solutions technologiques innovantes », observe Éric Fiszelson, avocat associé du cabinet Herbert Smith Freehills.

À LIRE AUSSIAvocats « post-Covid-19 » : comment les cabinets rebondissent

Call A Lawyer : l'accès au droit pour tous

Cette fenêtre, l'avocat Mathieu Davy l'a ouverte il y a cinq ans, lorsqu'il a lancé Call A Lawyer, une application mobile de mise en relation instantanée avec des avocats. Ce service visait à déconstruire auprès du public l'image de l'avocat perché sur sa science et ses honoraires, et à le mettre à portée de clic et de bourse. Alors que fleurissaient sur le marché du droit les offres disruptives des LegalTech, Call A Lawyer est venue proposer, au [...] Lire la suite