La plateforme Deliveroo entre en Bourse à Londres

·1 min de lecture

La plateforme de livraison alimentaire dopée par les confinements et le couvre-feu travaille avec les restaurants de 800 villes dans le monde et compte quelque 100 000 livreurs. L'entreprise n'est pas encore rentable et les mouvements de contestation des livreurs se multiplient.

Les livreurs britanniques se sont donnés rendez-vous le 7 avril, jour de l'introduction en Bourse pour les petits porteurs. Au Royaume-Uni, en France, en Australie, des actions sont menées par ces coursiers indépendants pour dénoncer des conditions de travail précaires et des revenus de plus en plus bas, des situations qui tranchent avec cette opération de la société Deliveroo.

Forte d'une année 2020 record, un chiffre d'affaires qui a grimpé de 64%, la plateforme de livraison alimentaire s'apprête donc à réaliser une importante entrée en Bourse, avec une valorisation de 7,6 milliards de livres.

Cela aurait pu être encore plus grand si plusieurs gestionnaires d'actifs pesant chacun des centaines de milliards de livres n'avaient pas retiré leurs promesses d'investissement dans la société, il y a quelques jours. Ils craignent un mauvais placement évoquant entre autre l'exemple donné par les pratiques sociales de Deliveroo.

La société britannique n'est toujours pas rentable. Elle a perdu 224 millions de livres l’année dernière cumulant des coûts logistiques et marketing astronomiques. Cette entrée à la City a en tout cas été qualifié de « fantastique » par le ministre des Finances britanniques, Rishi Sunak.

► À lire aussi : Deliveroo va verser une prime exceptionnelle aux livreurs