La plateforme d'écoute des victimes d'inceste prise d'assaut dès son lancement

·1 min de lecture

Certaines personnes ont attendu cet appel toute leur vie. Le gouvernement a ouvert mardi une plateforme téléphonique d'écoute pour les victimes d'inceste (0.805.802.804 et 0.800.100.811 pour l’Outre-mer) afin de mieux prendre en compte le phénomène. Et les coups de fil sont déjà nombreux à retentir à l'occasion de de son lancement. Les appels sont anonymes, gratuits, et seuls le département et l'âge sont demandés.

La cellule d'écoute est réservée au recueil de la parole d'adultes victimes d'inceste ou de violences sexuelles dans leur enfance. Ce sont majoritairement des femmes au-dessus de 50 ans qui appellent, et les conversations sont longues. Europe 1 a rencontré ces écoutantes qui prennent le temps pour discuter avec ces personnes.

Les téléphones n'arrêtent pas de sonner

"Ce que vous m'expliquez, c'est qu'enfant, vous avez eu le courage de révéler ces violences et qu'aucun adulte ne vous a protégée concrètement ?" Élodie est l'une des écoutantes de la plateforme gouvernementale. Elle accompagne la libération de la parole de cette femme, au téléphone. Les sonneries n'arrêtent pas de retentir, laissant peu de répit à des écoutantes éprouvées par le récit de ces vies brisées.

Emmanuelle Piet, présidente du collectif féministe contre le viol, accueille cette plateforme téléphonique. "Les écoutantes raccrochent pour redécrocher et il y a beaucoup d'appels non aboutis", explique-t-elle au micro d'Europe 1. "Si cela n'a pas abouti ce matin, la personne peut rappeler dans l'après-...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles