Du plastique dans les abysses : sa décomposition prendra "plusieurs dizaines, voire centaines d’années"

Atelier des modules

En battant le record du monde de la plongée la plus profonde, à près de 10 928 mètres sous la surface de l'océan Pacifique, mercredi 1er mai, l’explorateur Victor Vescovo a fait une triste découverte. Au fond des abysses gisait ce que l'équipe d'exploration a identifié comme deux emballages en plastique. La vidéo s'est rapidement diffusée sur les réseaux sociaux. En observant les images, Delphine Thibaut, océanographe à l'université d'Aix-Marseille jointe par franceinfo, se désole : "On s'y attendait, malheureusement c'est notre réalité. Il n'y a pas de raisons qu'il n'y en ait pas partout, même dans d'autres endroits encore plus éloignés des côtes."

On va être offusqué de voir des bidons flotter sur des océans mais à côté de ça, il y a plein de plastique qu’on ne voit absolument pas.

Delphine Thibaut

océanographe


En 2017, on estimait qu’entre 8 et 12 millions de tonnes de plastique finissaient dans l’océan chaque année. "Une fois que les plastiques sont dans les océans, ils vont se fragmenter pour la plupart, explique Delphine Thibaut. Ceux qui sont plus lourds que l'eau de mer – on dit 'plus denses' – vont pouvoir couler. Mais les sacs plastique, ça va flotter. Après, à partir d’un gros sac plastique, on va avoir plein plein plein de petites particules."

Une dégradation plus lente dans les abysses

Effectivement, en surface, la dégradation du plastique est facilitée par les mouvements et les éléments. Mais dans les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi