Planter des arbres en ville, une (fausse) bonne idée?

1 / 2

Planter des arbres en ville, une (fausse) bonne idée?

C'est devenu le sujet incontournable de la campagne. À quelques semaines des élections municipales - qui se tiendront les 15 et 22 mars prochains - la plupart des têtes de liste ont émis leurs propositions pour reverdir les villes. Un arbre pour chaque naissance, pour chaque nouvel arrivant dans la commune ou par habitant: un grand nombre de candidats promettent de planter à tour de pelle s'ils sont élus.

170.000, 500.000... 1 million d'arbres

C'est même parfois l'objet d'une surenchère: au Mans, Marietta Karamanli - la candidate socialiste - annonce qu'elle plantera 30.000 arbres en six ans. À Paris, Anne Hidalgo - la maire sortante PS - en promet quant à elle 170.000. À Lyon, Etienne Blanc - le candidat LR - évoque un total 500.000 arbres et arbustes. Et à Arras, Gregory Watin - le candidat écologiste - propose d'en planter un million. Une bonne chose, salue Harold Levrel, professeur d'économie de l'environnement à AgroParisTech qui travaille également sur le projet Idefese, une évaluation des bénéfices que pourraient fournir les politiques de végétalisation des zones urbaines en Île-de-France.

"Qu'il y ait une concurrence entre les candidats et qu'ils commencent à se challenger sur ce dossier ne peut être que positif", assure-t-il à BFMTV.com.

Mais pour Jonathan Guyot, co-fondateur et président de l'association All4trees, l'arbre ne doit pas pour autant devenir un outil de campagne marketing. "L'arbre symbolise la prise de conscience...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi