Cette plante serait aussi efficace que l’ibuprofène contre les inflammations

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Des scientifiques ont étudié une plante utilisée en médecine traditionnelle dans les îles Samoa, en Polynésie, et révèlent que ses vertus anti-inflammatoires sont comparables à celles de l’ibuprofène.

L'ibuprofène est reconnu pour sa puissante action contre les inflammations telles que les arthrites. En prendre permet de soulager les symptômes comme les gonflements et les rougeurs, mais c’est aussi un antidouleur et un antipyrétique efficace contre la fièvre. Une nouvelle étude publiée dans la revue PNAS révèle qu’il aurait un concurrent de taille : le matalafi, ou Psychotria insularum de son nom scientifique.

Cette plante pousse en arbustes dans la forêt tropicale des îles Samoa, en Polynésie. Elle est notamment utilisée en médecine traditionnelle pour traiter les infections et en cas de fièvre. Les chercheurs se sont intéressés de près à son action. Ils expliquent que la substance agit comme un chélateur du fer, c’est-à-dire qu’elle se lie facilement au fer. 

D’autres applications possibles ?

Ce mécanisme a permis de diminuer les cytokines pro-inflammatoires et d’augmenter les cytokines anti-inflammatoires dans les cellules immunitaires étudiées. Ces petites protéines permettent la coordination de la réponse immunitaire de l’organisme. Ainsi, deux principes actifs de la plante, la rutine et la nicotiflorine, ont pu être identifiés. 

Les chercheurs souhaitent poursuivre l’étude de la plante pour savoir si elle contient d’autres principes actifs. Le matalafi pourrait notamment agir sur l’obésité, le diabète et les maladies cardiovasculaires. De plus, "des études moléculaires publiées l’année dernière prédisaient que la rutine était une piste sérieuse pour inhiber la réplication virale du virus SARS-CoV-2 responsable du Covid-19", précise le Dr Molimau-Samasoni. Affaire à suivre.

VIDÉO - Christelle Cebo : son combat après la mort de sa fille Pauline, 16 ans, suite à une overdose de codéine

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles