Une plante marine âgée de plus de 1400 ans devient la plus vieille connue à ce jour

Grâce à une nouvelle technique, des chercheurs ont évalué l'âge de plantes aquatiques. C'est ainsi qu'ils ont trouvé le plus vieux spécimen marin connu à ce jour.

Dans la mer Baltique se trouve une plante particulièrement remarquable. Il s'agit d'un herbier marin constitué de clones, dont le plus ancien a plus de 1400 ans. Pour obtenir une telle datation, les chercheurs ont mis au point une "horloge génétique" basée sur l'idée que les clones ne sont pas identiques, mais qu'au contraire, leur patrimoine génétique varie avec le temps.

Une nouvelle horloge génétique

Pour cette étude, une équipe internationale s'est intéressée à une plante particulière, la Zostère marine. Sur 15 échantillons provenant de plusieurs régions du monde, les scientifiques ont testé leur méthode de datation. Elle se base sur la reproduction végétative qui s'apparente à du clonage, produisant des individus similaires à partir d'une plante. Similaires... mais pas tout à fait identiques.

En effet, des mutations somatiques, c'est-à-dire qui ne concernent pas les cellules sexuelles, s'accumulent dans les clones avec pour conséquence de leur conférer un patrimoine génétique légèrement différent de celui du parent. Dans cette nouvelle étude, dont les résultats ont été publiés le 10 juin 2024 dans la revue Nature Ecology & Evolution, les chercheurs expliquent s'être servis de cette accumulation progressive comme d'une horloge capable d'indiquer l'âge des clones. Grâce à des plantes dont l'âge était connu (4 ans et 17 ans), les chercheurs ont pu calibrer leur horloge.

Lire aussiL'arbre le plus vieux du monde aurait 5484 ans

Un spécimen de 1403 ans

Dans le nord de l'Europe, les scientifiques ont ainsi trouvé des plantes âgées de plusieurs centaines d'années. Mais le record est maintenant détenu par un clone âgé précisément de 1403 ans et trouvé dans la mer Baltique, au large de la Finlande. Cette technique n'est pas seulement applicable aux herbiers marins. Elle peut notamment être utilisée sur des algues, des plantes terrestres et même des coraux.

"De telles données sont, à leur tour, une condition préalable pour résoudre l'une des énigmes de longue date de la g[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr