Plans hôpital : 6 milliards promis et toujours de la colère

À Paris, Marseille (Bouches-du-Rhône) ou encore Rennes (Ille-et-Vilaine), le 30 juin est un nouveau mardi de colère. Les soignants sont une nouvelle fois descendus dans la rue, parmi eux les médecins hospitaliers. Pourtant, hier, le gouvernement leur a proposé une enveloppe de 300 millions d’euros à partir de 2021. Les syndicats ont fait le calcul : cela représenterait environ une augmentation de 3% en moyenne, soit 150 euros bruts par mois. “C’est la plaisanterie de trop" C’est insuffisant pour ce médecin venu d’Agen (Lot-et-Garonne). “C’est la plaisanterie de trop. Si l’on veut fermer l’hôpital public, c’est la meilleure des méthodes. Pour arriver à ce que l’on cherche à faire dans ce pays, il manque 15 milliards par an dans le secteur hospitalier”, assène t-il. Aux côtés des médecins, infirmiers, techniciens hospitaliers et aide-soignants sont aussi descendus dans la rue.