Plan social à BFMTV et RMC après la crise du Covid

AFP
NextRadioTV, maison-mère de BFMTV et RMC, qui anticipe un écroulement des recettes publicitaires, va couper dans ses effectifs et réduire la voilure dans le sport

ÉCONOMIE - Une première victime économique du Covid dans l’audiovisuel: NextRadioTV, maison-mère de BFMTV et RMC, qui anticipe un écroulement des recettes publicitaires, va couper dans ses effectifs et réduire la voilure dans le sport et le divertissement.

Dans un “plan de transformation et de reconquête post-Covid” présenté aux représentants syndicaux mardi lors d’un CSE, le groupe prévoit de diviser par deux le recours aux intermittents, aux pigistes et aux consultants et “mutualiser les fonctions supports”.

Le plan social, qui sera détaillé “dans les prochaines semaines”, “débuterait par une phase de volontariat; les licenciements contraints n’interviendraient que si le nombre de volontaires était insuffisant”, indique un communiqué, sans préciser le nombre de départs visés.

Le groupe, qui emploie plus de 1.600 personnes (ETP), souligne que ses effectifs ont augmenté de plus de 50% ces six dernières années.

“Notre objectif sera de limiter autant que possible l’impact sur les postes en CDI et de poursuivre l’excellence éditoriale, tout en développant les compétences technologiques et les forces commerciales, essentielles à NextRadioTV”, précise-t-il.

Si les audiences télé, et notamment celles de l’information, ont atteint des records pendant la crise, les recettes publicitaires n’ont pas suivi et leur écroulement risque d’être durable.

“Cette crise économique majeure dans laquelle le pays est entré aura des impacts considérables sur les entreprises, l’emploi et la consommation et donc durablement sur les recettes publicitaires, principale source de revenus du NextRadioTV”, prévient-il.

Alors que le secteur publicitaire s’attend à perdre quasiment un quart de sa valeur cette année, NextradioTV entend aussi économiser sur le sport. 

Son bouquet sportif, lancé en 2016 sous le nom SFR Sport puis rebaptisé RMC Sport, avait réussi à séduire 2 millions d’abonnés grâce à l’acquisition de droits prestigieux : la Premier League anglaise, puis la Ligue des champions et la Ligue...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post