Plan santé de Macron : ce qu’il faut retenir des annonces pour les hôpitaux et les médecins

Sortie de la tarification à l’acte, 35 heures, assistants médicaux… Le président de la République a dévoilé une série de mesures pour tenter de sortir le monde de la santé de sa « crise sans fin ».

SANTÉ - Du changement pour le monde médical. En visite au centre hospitalier de Corbeil-Essonnes pour présenter ses vœux au personnel soignant ce vendredi 6 janvier, le président Emmanuel Macron a dévoilé une série de mesures pour réorganiser le travail à l’hôpital et dans le monde de la santé « d’ici à juin ».

Après deux années marquées par la crise du Covid-19, jamais la situation n’a paru aussi dégradée au sein du monde de la santé. Urgences débordées, cabinets médicaux fermés ou engorgés, laboratoires mobilisés, médecins en grève… Les crises s’enchaînent et le mal-être est toujours plus profond pour le personnel soignant.

Attendu au tournant, le chef de l’État a tenu à saluer leur dévouement et à souligner « l’estime de la nation » qu’ils « suscitent par leurs efforts ». Il a ensuite défini le cap à tenir pour les prochaines années, même s’il s’est dit bien conscient du fait qu’il n’y avait pas de « recette miracle ». Voici un tour d’horizon des mesures annoncées par Emmanuel Macron vendredi.

  • La sortie de la tarification à l’acte à l’hôpital

Emmanuel Macron a annoncé la « sortie » pure et simple de la très décriée tarification à l’acte à l’hôpital dès le prochain budget de la Sécurité sociale. Cette sortie se fera au profit d’un financement sur « objectifs de santé publique », négociés « à l’échelle d’un territoire ».

« Pour l’hôpital public, il faut qu’il y ait une part structurante de la rémunération qui repose sur des objectifs de santé publique qu’on négocie à l’échelle d’un territoire », a déclaré le chef de l’État.

  • Un nouveau mode de direction des hôpitaux

Un tandem « administratif et médical » va être instauré pour la direction des hôpitaux français. « Très longtemps on a dit “ce ne doit pas être les soignants qui dirigent l’hôpital, ce doit être les administratifs”. Après on a dit le problème c’est les administratifs qui dirigent. Moi je souhaite qu’on puisse (...) mettre à la tête de nos hôpitaux un tandem administratif et médical, un vrai tandem sur la base d’un projet », a expliqué Emmanuel Macron.

  • Porter le nombre d’assistants médicaux à 10 000 d’ici fin 2024

Emmanuel Macron a aussi promis d’« accélérer le recrutement des assistants médicaux » créés en 2018 pour les porter de « près de 4 000 » actuellement à « 10 000 d’ici la fin de l’année prochaine ». Le but : que « ça libère du temps médical » pour que les soignants suivent leurs patients, selon le locataire de l’Élysée.

  • Plus d’infirmiers à l’hôpital

Soulignant que les places ouvertes aux concours d’infirmiers avaient augmenté de « plus de 20 % en trois ans », le chef de l’État s’est engagé à « aller encore plus loin » pour faciliter le recrutement d’infirmiers à l’hôpital.

Mais il a exprimé la nécessité de travailler sur l’organisation des études, que trop d’élèves quittent en cours de route, et prôné « un système plus responsabilisant » en sortie de cursus, pour que les infirmières restent à l’hôpital.

  • 35 heures, rémunération des médecins de ville et maladies chroniques…

De manière plus globale, Emmanuel Macron entend réorganiser le travail à l’hôpital pour le rendre plus attractif. Cela passe selon lui par une meilleure planification du temps de travail, et donc par la fin des 35 heures dans les établissements hospitaliers. Un modèle qu’il juge trop contraignant, et qui ne marcherait « qu’avec des heures supplémentaires ».

Le chef de l’État veut également « mieux rémunérer » les médecins de ville qui assurent la permanence des soins et « prennent en charge des nouveaux patients », afin que les Français « trouvent facilement un médecin de garde ». Il ne s’est toutefois pas prononcé sur une augmentation du prix des consultations.

Enfin, tous les patients souffrant d’une maladie chronique et ne disposant pas, à l’heure actuelle, d’un médecin traitant s’en verront proposer un « avant la fin de l’année », a-t-il assuré, évoquant « 600 000 patients » concernés.

VIDÉO - Une offre de soins pour chaque citoyen, la fin de la tarification à l'acte... Les principales annonces du plan santé d'Emmanuel Macron

Lire aussi : Face aux généralistes en grève, les conditions de Braun pour augmenter les tarifs

undefined