Le plan de Roselyne Bachelot pour assurer un service minimum de la culture

·1 min de lecture

Roselyne Bachelot, la ministre de la Culture, réfléchit avec les acteurs à un schéma d'ouverture partielle.

Après deux jours de repos, Roselyne Bachelot sera sur le pont dès la semaine prochaine pour poursuivre ses échanges avec le secteur de la culture, contraint à demeurer rideau baissé jusqu'au 7 janvier au moins. Le Conseil d'État, compte tenu de la situation sanitaire, a approuvé mercredi la décision de l'exécutif de fermer cinémas, musées et théâtres, mais la ministre de la Culture réfléchit avec les professionnels sur un plan à plus long terme. "Nous travaillons à bâtir un modèle résilient, avec différents paliers de fonctionnement, qui permette aux lieux culturels d'ouvrir – même de façon réduite – et de mieux résister aux à-coups de l'épidémie", confie-t-elle.

Un schéma qui tiendrait compte des spécificités de chacun. "À la différence du secteur public, nous dépendons uniquement de la billetterie, explique le ­producteur Olivier Darbois, président du ­Prodiss, premier syndicat du spectacle vivant. On ne fera pas répéter les artistes si on n'est pas sûr que le concert ait lieu. Notre plan de ­déconfinement est extrêmement long."

Une seconde année blanche pour les intermittents?

Le 7 janvier n'est donc plus avancé comme une date de réouverture, mais de revoyure. Le retour du public au cinéma, au théâtre ou aux concerts pourrait être différencié et soumis à de nouvelles règles sanitaires strictes. Alors que certains acteurs ont perdu près de 90% de leur chiffre d'affaires, 35 millions d'euros d'aides supplémentaires ont été dégagés. Un projet de décret prolonge jusqu'au 30 ju...

Lire la suite sur LeJDD

Ce contenu pourrait également vous intéresser :