Plan de relance de l'UE : Varsovie et Budapest sous pression

Pas de fumée blanche au Conseil européen, jeudi 19 novembre au soir. Les échanges ont été très brefs. La Hongrie, la Slovénie ou la Pologne prennent en otage 400 millions d'Européens qui ont un besoin vital de 1 800 milliards d'euros issus du budget européen et du plan de relance afin de financer leur politique agricole ou les banques alimentaires, rapporte Pascal Verdeau depuis Bruxelles. Angela Merkel comme négociatrice Mais pour le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, ce nouveau mécanisme lié à l'État de droit équivaudrait à faire venir des migrants sur son sol. Quant aux polonais, qui touchent 14 milliards de subventions, ils pensent que l'Europe les considère comme des enfants. Deux pays arcboutés sur leur souveraineté mais qui se tirent une balle dans le pied, analyse Pascal Verdeau, puisqu'ils ont besoin de cet argent. Il faudra toute l'expérience politique d'Angela Merkel afin de débloquer la situation et ne plus isoler ces pays du reste de l'Europe.