Plan de relance : la gestion de la crise a été "purement sociale", défend Gabriel Attal

·2 min de lecture

Alors que Philippe Martinez, patron de la CGT, a regretté lors des manifestations du 1er-Mai que le "quoi qu'il en coûte" cher au gouvernement soit trop destiné aux entreprises et pas assez aux citoyens, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a martelé dans le Grand Rendez-Vous dimanche qu'il ne "laisserait pas dire que la gestion de la crise n'a pas été sociale".

"Je ne partage pas du tout cette vision qui oppose les entreprises et les citoyens", a martelé Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement dans le Grand Rendez-Vous Europe 1 - Cnews - les Echos dimanche, en réaction aux propos de Philippe Martinez, patron de la CGT, qui a regretté lors des manifestations du 1er-Mai que le "quoi qu'il en coûte" cher au gouvernement soit trop destiné aux entreprises et pas assez aux citoyens. "Je ne laisserai pas dire que la gestion de la crise n'a pas été sociale", a-t-il ajouté. "Elle a été purement sociale".

Egrenant les exemples d'aides allouées pendant cette crise, Gabriel Attal a ajouté que cela "n'aurait aucun sens, à un moment où on est en train de sortir de cette crise, de fermer le robinet, de retirer la perfusion d'un coup et de laisser couler des entreprises à qui on a permis d'avoir la tête hors de l'eau pendant un an".

Emmanuel Macron est régulièrement accusé d'être le "président des riches" par ses adversaires politiques, aussi bien de gauche comme Jean-Luc Mélenchon que de droite comme Xavier Bertrand, qui déclarait notamment qu'il n'était pas le président du pouvoir d'achat. "Une caricature", a rejeté Gabriel Attal. "Qu'ils nous disent s'ils sont d'accord ou pas avec les augmentations de salaire massives dans le secteur de la santé, avec la défiscalisation des heures supplémentaires, avec l'augmentation de la prime d'activité pour ces millions de Français qui travaillent et qui ont du mal à joindre les deux bouts", s'est-il défendu.

La relance "va se poursuivre" malgré la présidentielle de 2022

Le porte-parole du gouvernement a aussi souligné que le plan de relance "vise à relancer l'activité économique dans notre pays, ce qui veut dire créer des emplois pour des Français qui aujourd'hui n'ont pas d'emploi", mais aussi allouer "des aides directes financières", comme "l'augmentation de l'allocation de rentrée scolaire" ou le repas à un euro pour les étudiants à l'université.

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :