Plan de relance : ce que contient le texte envoyé à Bruxelles

·1 min de lecture

Comment la France entend utiliser les 40 milliards d'euros de subventions de l'UE et les réformes entreprises pour coller à la feuille de route européenne ? Autant de questions qui sont traitées dans le plan national de relance transmis ce 27 avril à Bruxelles. Sur les 100 milliards d'euros du plan de relance français, Paris peut prétendre en faire financer 40 milliards par Bruxelles. Sur ce montant, plus de la moitié correspond à des dépenses en faveur de la transition écologique, dont le plan de 5,8 milliards pour la rénovation énergétique, 6,5 milliards dédiés aux infrastructures de transports et de mobilités vertes, ou encore 5,1 milliards devant servir au développement des énergies et technologies vertes.

Un quart des dépenses doit aller à la numérisation de l'économie, avec par exemple 2,4 milliards d'investissement pour développer la souveraineté technologique de la France ou 2,9 milliards pour la numérisation de la formation et les investissements dans les compétences numériques. La France se situe ainsi dans les clous des critères fixés par Bruxelles, qui fixait au moins 37% de dépenses en faveur de la transition écologique et 20% pour la transition numérique.

>> A lire aussi - Plan de relance européen de l’économie : en Allemagne, la justice donne enfin son feu vert

Le plan européen avait aussi fixé comme priorité les efforts en matière de cohésion sociale, d'éducation et d'efficacité institutionnelle. Paris soumet ainsi 7,7 milliards d'euros de dépenses en faveur de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Puy-de-Dôme : lourde amende pour des boulangeries restées ouvertes 7 jours sur 7
Un pass sanitaire expérimenté en France au départ de certains vols
Désertée, la City de Londres va entamer une transformation de taille
Covid-19 : et si la vaccination pour tous démarrait plus tôt que prévu ?
L’US Army devrait utiliser la quasi-totalité de ses ressources pour repousser une invasion chinoise à Taïwan