Plan de relance : cacophonie générale au Sénat

Source AFP
·1 min de lecture
Le plan de relance est censé permettre à l'économie française, brutalement mise à l'arrêt par la crise du Covid-19, de rebondir.
Le plan de relance est censé permettre à l'économie française, brutalement mise à l'arrêt par la crise du Covid-19, de rebondir.

Compteurs « ?explosés? », « ?ambiance plombée? », suspensions de séance à répétition et ministre manifestement agacé? Le débat sur le plan de relance a dérapé au Sénat, s'enlisant dans une grande confusion, tout à fait inhabituelle à la Chambre haute. Les sénateurs ont voté à main levée, dans la nuit de jeudi à vendredi, les crédits de la mission « ?Plan de relance? », mais sans avoir été au bout de la discussion. Il leur restera encore à examiner, samedi, les articles rattachés, avec une quarantaine d'amendements. « ?C'est parti en vrille? », a commenté un sénateur LR dépité auprès de l'Agence France-Presse, à l'issue de la séance tandis que le ministre chargé des Comptes publics, Olivier Dussopt, évoquait dans un tweet un texte « ?dénaturé? ». Les députés pourront cependant détricoter les modifications adoptées par les sénateurs.

Le malaise est parti du vote surprise dans l'après-midi d'un amendement du socialiste Victorin Lurel octroyant 2,5 milliards d'euros pour un nouveau programme « ?Plan pour l'égalité réelle en outre-mer? ». La somme serait ponctionnée sur des crédits normalement affectés à la rénovation énergétique et au développement du numérique. Cet amendement a « ?fait exploser tous les compteurs? », a commenté le président PS de la commission des Finances, Claude Raynal, pointant du doigt un problème « ?d'équilibre budgétaire? » avec d'autres amendements insuffisamment gagés.

Conciliabules

Suspensions de séance, conciliabules : les sénateur [...] Lire la suite