Plan Orsec à Lyon pour la fête des Lumières et les "Gilets jaunes"

Les autorités se préparent à déployer samedi au moins 1.200 personnels de sécurité et de secours pour assurer la sécurité lors de la manifestation des "Gilets jaunes", de la fête des Lumières, pour laquelle trois millions de visiteurs sont attendus, et de la Marche pour le climat. /Photo prise le 10 septembre 2018/REUTERS/Gonzalo Fuentes

LYON (Reuters) - Les autorités se préparent à déployer samedi au moins 1.200 personnels de sécurité et de secours pour assurer la sécurité lors de la manifestation des "Gilets jaunes", de la fête des Lumières, pour laquelle trois millions de visiteurs sont attendus, et de la Marche pour le climat.

Afin d'éviter toute confrontation entre les différents cortèges, les organisateurs des trois événements ne se trouveront pas dans les mêmes arrondissements, même si les "Gilets jaunes" n'ont pas encore déposé de demande.

"L'édition 2018 se déroule dans un contexte particulier", a indiqué le préfet de région Pascal Mailhos dans une conférence de presse, en évoquant le cumul des trois événements en centre ville, ainsi que la menace terroriste. "Le dispositif mis en place sera complet, adaptable et évolutif."

    Il a indiqué que dans le périmètre de la fête des Lumières, 200 policiers municipaux, 237 agents de sécurité privés, 200 militaire du dispositif Sentinelle seraient déployés, soit le double du dispositif de 2017. En outre, 103 policiers du Raid, et autant de la BRI et de la BAC seront également mobilisés.

L'armée de l'Air apportera son soutien avec un drone d'observation surveillant l’ensemble de la zone.

Le dispositif de sécurité civile sera lui aussi à son maximum avec neuf casernes mobilisées, dix postes de la Croix-Rouge installées, six postes médicaux avancés, quatre bateaux naviguant sur le Rhône et la Saône, un hélicoptère surveillant la zone ainsi que des équipages canin et de déminage.

"C'est la plus belle fête de Lyon, elle doit rester un plaisir, une émotion, une part de rêve", estime le maire de Lyon, et ancien ministre de l'Intérieur Gérard Collomb en rappelant le poids économique de cette fête.

    L'édition 2015 de la fête des Lumières, qui aurait dû se dérouler quelques jours après les attentats de Paris, avait finalement été annulée pour cause de risques terroristes.


(Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse)