Le plan de la Nasa pour envoyer une femme sur la Lune d'ici 2024

Grégory Rozières

LUNE - Branle-bas de combat à la Nasa. En mars, Donald Trump, par la voix du vice-président Mike Pence, a annoncé une accélération du retour d’astronautes américains sur la Lune, de 2024 à 2028. Critiquant les retards pris pas la Nasa, il avait appelé à une refonte du programme, accusée par certains d’être difficile à financer.

Depuis, la Nasa s’est mise en ordre de bataille et le plan d’un retour vers la Lune prend forme. Le programme a été baptisé Artemis le 13 mai. “Artemis était la sœur jumelle d’Apollo et déesse de la Lune dans la mythologie grecque”, précise l’agence spatiale. Ce nom n’a pas été choisi au hasard: la prochaine personne qui posera le pied sur la lune, plus exactement le pôle sud, devrait être une femme.

La Nasa n’a pas fait que choisir un nom. Un plan détaillé des futurs lancements a été mis au point, révèle lundi 20 mai ArsTechnica. Celui-ci est séparé en deux parties. La première couvre les cinq prochaines années et se conclut en 2024 avec un atterrissage d’hommes et de femmes sur la Lune. Dans la deuxième phase, des humains iront au moins une fois par an sur la Lune jusqu’en 2028, où seront posées les premières pièces d’un avant-poste lunaire. C’est d’ailleurs le but affiché de la Nasa: ”établir une présence humaine durable sur la Lune d’ici 2028″.

Dans un document interne de la Nasa dévoilé par ArsTechnica, on dénombre 37 lancements de fusées à destination de la Lune. Un premier vol de test à vide devrait avoir lieu avec la future fusée de la Nasa, SLS, en 2020. Puis un test avec équipage aura lieu en 2022. En 2024, seront envoyés différents éléments en orbite. Ceux-ci permettront ensuite aux astronautes de descendre sur la Lune dans un atterrisseur réutilisable, puis de revenir en orbite et de rentrer sur Terre. 

Enfin, ça, évidemment, c’est dans le cas où tout se déroule à merveille. Car ce qu’il manque surtout à ce plan, c’est un budget. Des sources internes ont affirmé à ArsTechnica que cela coûterait entre 6 et 8 milliards de dollars...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post