Plan pour l'hôpital public: Agnès Buzyn répond aux critiques

1 / 2

Plan pour l'hôpital public: Agnès Buzyn répond aux critiques

1,5 milliard d'euros sur trois ans pour l'Assurance Maladie, dont 300 millions dès 2020, 150 millions par an pendant trois ans consacrés au soutien à l’investissement courant, primes à destination du personnel soignant, reprise par l'Etat de 10 milliards d'euros de dette, sur les 29,5 milliards de l'ardoise. Il s'agit là de quelques unes des mesures phares du plan d'urgence pour l'hôpital public présenté par le Premier ministre et Agnès Buzyn ce mercredi matin.

Le gouvernement entend ainsi apaiser la crise qui sévit dans les établissements de santé et tenter de calmer la colère des soignants qui pourrait s'additionner le 5 décembre prochain à l'ensemble de la contestation sociale montant dans le pays. Mais le plan d'urgence de l'exécutif suscite des critiques au sein des acteurs du monde hospitalier. Ce mercredi soir, sur notre plateau, la ministre de la Santé a tenté d'y répondre. 

Reprendre un tiers de la dette pour "permettre à l'hôpital de vivre" 

Alors que Christophe Prudhomme, porte-parole de l'association des médecins urgentistes et représentant Santé de la CGT, a dénoncé sur notre antenne un effort financier insuffisant, Agnès Buzyn a affirmé: "Il ne peut réduire ce que nous faisons à 300 millions d'euros. Nous allons investir 1,5 milliard d’euros sur trois ans et surtout nous reprenons la dette des hôpitaux."

Elle a poursuivi: 

"Nous reprenons la dette des hôpitaux, ça n’a jamais été fait. Nous avons depuis 20...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi