Plan d'investissement «France 2030»: les premières annonces d'Emmanuel Macron

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Du nucléaire à la voiture électrique, en passant par la robotisation de l'agriculture, Emmanuel Macron veut faire de la France une nation d'innovation et de recherche. À six mois de la présidentielle, le chef de l'État a présenté, mardi 12 octobre à l'Élysée, son plan stratégique « France 2030 ».

Ils étaient 200 réunis ce matin au palais de l'Élysée : un public de chefs d’entreprise et d’étudiants venus écouter le président Macron sur le thème de la réindustrialisation de la France. Sur une mise en scène très léchée, le chef de l’État a présenté un plan d'investissements de 30 milliards d’euros à l’horizon 2030.

La France doit « redevenir une grande nation d'innovation », a-t-il insisté. Sa compétitivité est, en effet, en cause dans l'industrie et dans les technologies d'avenir. Dans le détail, l’effort portera sur l'énergie nucléaire avec un investissement d'un milliard d'euros. La France va développer des réacteurs nucléaires de petite taille.

Un deuxième objectif est de faire de la France un « leader de l'hydrogène vert » pour remplacer les énergies fossiles et décarboner l'industrie.

Le président français souhaite également produire en France « près de 2 millions de véhicules électriques à l’horizon 2030 » et engranger « un changement culturel ». Deux milliards d’euros seront destinés à accélérer « la révolution agroalimentaire ». M. Macron souhaite « investir dans une alimentation saine, durable et traçable ». Et pour cela, miser sur « le numérique, la robotique, la génétique ».

À retenir aussi du discours présidentiel : l'accent mis sur les fonds marins. L'exploration des grands fonds fait partie des priorités pour ne pas « laisser dans l'inconnu une partie importante du globe ». Tout un programme !

La présentation de ce plan d'investissement sur les industries d'avenir intervient à six mois de l'élection présidentielle en France. Le chef de l'État sortant n'est pas encore officiellement candidat mais, sauf coup de théâtre, il devrait briguer un second mandat.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles