"Pas de plan B": François Fillon étouffe (encore) la fronde au comité politique

Geoffroy Clavel
Grâce au renoncement d'Alain Juppé, François Fillon s'est présenté comme le seul candidat crédible devant le comité politique qui ne lui a pas opposé de résistance.

PRÉSIDENTIELLE 2017 - Fin de la comédie. Depuis le renoncement d'Alain Juppé, les chances des Républicains contestataires d'imposer un autre candidat que François Fillon pour les représenter à la présidentielle étaient déjà minces. Le comité politique convoqué ce lundi 6 mars pour sceller le sort du vainqueur de la primaire n'a fait que confirmer leur échec: François Fillon est toujours le seul candidat à porter les couleurs de la droite en 2017.

Très silencieux depuis plusieurs jours, le filloniste Gérard Larcher a acté dès l'ouverture du comité politique la victoire de son champion: François Fillon a "mis fin aux hésitations, le débat est clos". Dans une déclaration lue devant ses pairs, l'ancien premier ministre a redit ce qu'il n'a cessé de marteler depuis l'annonce de sa probable mise en examen: sans lui, pas d'alternative. "Le retrait d'Alain Juppé a confirmé qu'il n'y avait pas de plan B, il est temps maintenant que chacun se reprenne!", a-t-il plaidé en estimant que Les Républicains avaient déjà "perdu trop de temps en discussions vaines".

Juste avant la réunion, l'équipe du candidat avait posté sur son compte Twitter un message de victoire reprenant les images du meeting du Trocadéro. Tout un symbole.


Comme le montre notre vidéo ci-dessous, Gérard Larcher a finalement confirmé, à la sortie de la réunion d'une heure, que le comité politique des Républicains avait "renouvelé à l'unanimité son soutien à François Fillon".

Des concessions à la marge

Oubliés les sondages inquiétants et le problème moral posé par un candidat qui est revenu sur sa parole, principal argument brandi par les lemairistes et les sarkozystes pour faire sécession? Avant le comité, les soutiens de Nicolas Sarkozy étaient montés au créneau en proposant à François Fillon de choisir lui-même le nom de son successeur....

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages