Plan "1 jeune, 1 solution" : l'État accuse des retards dans le versement des aides

Inciter à embaucher plus de jeunes de moins de 26 ans, tel était le but du gouvernement en lançant, en juillet 2020, le dispositif de primes "1 jeune, 1 solution". Une initiative qui récolte déjà un certain succès, puisque 250 000 demandes ont été approuvées. Toutefois, l’administration est dépassée et l’État accuse du retard dans les sommes à verser. Cécile Chatel est une jeune styliste. En juillet, quand elle entend parler de l’aide exceptionnelle pour employer un apprenti, elle n’hésite pas : "Pour moi, c’était une opportunité." Quatre mois sans aides Alors, en septembre dernier, elle sélectionne une apprentie et signe son contrat. Grâce aux aides prévues, elle ne devait verser que 200 euros. Quatre mois plus tard, elle n’a reçu aucune de ces aides. Cécile Chatel a été dans l’incapacité de payer son apprentie et cette dernière n’a pas pu travailler. Le dossier a pourtant été validé début janvier. La styliste se heurte à un véritable mur en tentant de contacter l’administration. Une lenteur qui la place dans une situation très difficile.