La planétologue Lucia Mandon nous raconte le déroulement des recherches sur Mars

·1 min de lecture

Actuellement postdoctorante au Laboratoire d'Études Spatiales et d'Instrumentation en Astrophysique (Lesia) à l’Observatoire de Paris, Lucia Mandon étudie les planètes. Pendant sa thèse, elle a jeté son dévolu sur Mars pour comprendre son histoire géologique. Avec son équipe, elle a donc cherché quels seraient les sites à explorer, ayant le plus de potentiels, pour la Mission ExoMars 2022. Aujourd’hui, membre de la mission Mars 2020, elle fait partie de ceux qui analysent les données récoltées par l’instrument franco-américain SuperCam à bord du rover Perseverance. Son objectif : caractériser la composition des roches martiennes et peut-être découvrir, des traces de vie ancienne. Rencontre.

La géologue et planétologue Lucia Mandon, postdoctorante au Lesia. © Lucia Mandon
La géologue et planétologue Lucia Mandon, postdoctorante au Lesia. © Lucia Mandon

À la conquête des planètes

Comme beaucoup d’enfants, Lucia était fascinée par l’espace. Elle souhaitait devenir astrophysicienne. Mais les préjugés autour du métier ont fini par semer le doute. « Tu vas passer ton temps à regarder des chiffres devant des ordinateurs », prévenait son entourage. Quelques années plus tard, toujours hésitante, elle finit par s'orienter vers la géologie, en intégrant une Licence en Géosciences, à l’Université de Lyon — un diplôme co-accrédité avec l’École normale supérieure de Lyon. Au programme, elle étudie les reliefs terrestres et ses secrets internes comprenant différentes enveloppes, un manteau et un noyau. À l'époque, Lucia ne connaissait pas encore la planétologie. En découvrant cette discipline, elle décide d’approfondir ce champ d’étude, dès sa troisième année de Licence, puis en Master.

La suite se déroule sur Mars. Avec l’équipe e-Planets du Laboratoire de géologie de Lyon, elle participe, pendant sa thèse, à la proposition d’un site d'atterrissage pour la mission ExoMars 2022 : Oxia Planum. Une très ancienne région, âgée d’environ quatre milliards d'années (ère noachienne), contenant des dépôts argileux et abritant vraisemblablement un...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles