Des planètes autour d’étoiles doubles comme Tatooine pourraient être habitables

Il y a tellement d’étoiles dans notre Univers. Tellement de planètes aussi. Y chercher les traces d’une vie extraterrestre, c’est un peu comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Sauf, peut-être, à se concentrer en priorité sur des planètes semblables à la seule planète que nous connaissons à avoir permis à la vie de se développer : notre Terre. C’est pourquoi les astronomes fouillent le ciel à la recherche d’étoiles proches du Soleil. Du moins de ses caractéristiques. Or, la moitié d’entre elles sont des étoiles doubles. Cela a-t-il un impact sur les chances d’y voir se développer la vie ?

Possible, nous disent aujourd’hui des chercheurs de l’université de Copenhague (Danemark). Ils viennent de montrer que les systèmes planétaires se forment de manière très différente autour des étoiles doubles. Un processus qui pourrait augmenter les chances d’y voir se développer des planètes habitables.

Neuf exoterres sur dix autour d'étoiles doubles seraient propices à la vie

Comme point de départ de ces travaux, il y a des observations réalisées grâce au Grand réseau d’antennes millimétrique/submillimétrique de l’Atacama (Alma, Chili). Elles montrent l’instantané d’une jeune étoile double – elle n’est âgée que de quelque 10.000 ans – entourée d’un disque de gaz et de poussière. Le système NGC 1333-IRAS2A est situé à environ 1.000 années-lumière de notre Terre. Il est composé de deux étoiles séparées l’une de l’autre d’environ 200 unités astronomiques. Comprenez, d’environ 200 fois la distance Terre-Soleil ou plus de six fois la distance Soleil-Neptune.

Le rendu de l’une des simulations informatiques mises en œuvre par les chercheurs de l’université de Copenhague (Danemark) pour étudier la dynamique d’une étoile double. © Jørgensen, Kuruwita et al., Université de Copenhague
Le rendu de l’une des simulations informatiques mises en œuvre par les chercheurs de l’université de Copenhague (Danemark) pour étudier la dynamique d’une étoile double. © Jørgensen, Kuruwita et al., Université de Copenhague

Une zone habitable plus étendue

À partir de ces observations, les astronomes ont lancé des simulations informatiques qui montrent que l’évolution du disque de gaz et de poussière – celui-là même qui...

> Lire la suite sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles