Plaintes croisées de Darmanin et Pulvar: pour Pompili, le débat ne doit pas "passer par les tribunaux"

·2 min de lecture
La ministre à la Transition écologique Barbara Pompili à l'Elysée, le 27 janvier 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP
La ministre à la Transition écologique Barbara Pompili à l'Elysée, le 27 janvier 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Depuis dimanche, Gérald Darmanin et Audrey Pulvar s'affrontent par dépôts de plaintes interposés. Le ministre de l'Intérieur a annoncé des poursuites contre la tête de liste des socialistes aux élections régionales en Ile-de-France pour avoir "diffamé la police", après ses propos sur la manifestation des forces de l'ordre du 19 mai.

En retour, Audrey Pulvar a annoncé à son tour une plainte contre le ministre pour "dénonciation calomnieuse" devant la cour de justice de la République, ainsi qu'une plainte pour "diffamation" devant les juridictions ordinaires.

"Le débat politique peut vivre sans passer par les tribunaux. On est dans un pays de droits, la liberté c'est aussi la liberté d'expression. Il y a assez de place pour un échange d'arguments sans devoir passer par les tribunaux", a réagi ce mardi matin sur Europe 1 la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili.

Pas d'accord avec "les mots employés"

Interrogée sur France Info Audrey Pulvar avait jugé "assez glaçante" l'image de cette manifestation "soutenue par l'extrême droite, à laquelle participe un ministre de l'Intérieur, qui marche sur l'Assemblée nationale pour faire pression sur les députés en train d'examiner un texte de loi concernant la justice.

Si Barbara Pompili exprime son opposition avec les "mots employés" par Audrey Pulvar au sujet de la manifestation, la ministre s'interroge: "Est-ce pour cela qu'il faut qu'ils soient devant la justice? La justice le dira."

Vers une trêve?

La justice pourrait finalement ne jamais être saisie. Dans un tweet publié ce mardi en fin de matinée, Gérald Darmanin a proposé une rencontre "dans les prochains jours" à Audrey Pulvar, "prenant acte" de ses récents propos "explicitant clairement que, pour elle, la police n’était pas raciste". "Je saisis cette main tendue", a répondu la candidate aux régionales lors d'une conférence de presse.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles