Le plaidoyer du libraire de Rodez en faveur des commerces « de centralité »

De notre correspondant, Stéphane Thépot
·1 min de lecture
La ville de Rodez propose d'aider les commerçants à vendre leurs produits sur sa page Facebook.
La ville de Rodez propose d'aider les commerçants à vendre leurs produits sur sa page Facebook.

À Rodez, le maire (LREM) a finalement décidé de retirer son arrêté municipal qui bravait le confinement imposé par le gouvernement aux commerces « non essentiels ». « Grâce à l'action des maires qui se sont mobilisés [?], les élus de la majorité tiennent à féliciter le Premier ministre qui a immédiatement pris en compte ces attentes et a annoncé la fermeture des rayons non alimentaires des grandes surfaces », se félicite Christian Teyssèdre dans un communiqué. « Je l'ai croisé dans la rue samedi et je l'ai félicité d'avoir osé taper du poing sur la table », rapporte Benoît Bougerol. Le patron de La Maison du livre ne crie toutefois pas victoire. Il s'apprête à mettre en place dès mardi le système de commandes et livraisons (« click and collect ») déjà expérimenté lors du premier confinement, mais ne s'attend guère à réaliser plus de 20 % de son chiffre d'affaires habituel.

« Je ne peux pas me permettre de perdre 300 000 euros », dit le libraire en expliquant à quel point les deux derniers mois de l'année sont cruciaux pour équilibrer ses comptes. « On réalise habituellement autant de chiffre en novembre que pendant les deux mois du printemps touchés par le premier confinement et plus encore en décembre. » Sa boutique peut enregistrer jusqu'à 20 % de son chiffre d'affaires lors des dernières semaines avant Noël. « Une librairie, c'est rentable en décembre, c'est le mois qui bouche les trous creusés pendant les autres mois », résume Benoît Bougerol.

Lire aussi [...] Lire la suite