Plaidoyer. "L’Irlande du Nord ne doit pas sombrer de nouveau dans une spirale de meurtres et de discorde"

The Guardian (Londres)
·2 min de lecture

À l’occasion de l’anniversaire de l’accord du Vendredi Saint, il y a 23 ans, le Premier ministre irlandais Micheál Martin en a appelé à ceux qui détiennent la responsabilité politique, pour que l’Irlande du Nord ne sombre pas dans la violence.

Les dirigeants politiques ne doivent pas permettre à l’Irlande du Nord de “sombrer à nouveau dans une spirale faite de meurtres sectaires et de discorde politique”. Cette déclaration, c’est celle du taoiseach irlandais Micheál Martin. Le Premier ministre s’exprimait à l’occasion de l’anniversaire de l’accord du Vendredi saint, il y a 23 ans, après une nouvelle nuit de violence dans la région loyaliste de Tiger’s Bay, au nord de Belfast, la huitième consécutive, précise le Guardian.

Des troubles ont également été signalés dans le quartier nationaliste de New Lodge à Belfast et à Coleraine, ajoute le quotidien britannique.

“Ceux d’entre nous qui détiennent actuellement la responsabilité de la direction politique sont dépositaires d’un fardeau. Nous devons avancer et jouer notre rôle pour veiller à ce que [cette spirale de la violence] ne puisse pas se reproduire”, a ajouté Micheál Martin.

Selon lui l’île d’Irlande est “vraiment devenue un endroit complètement différent au cours des 23 dernières années, grâce à l’accord du Vendredi saint”.

La crainte d’une réunification

Mais cet apaisement est mis à mal par les effets du Brexit, et particulièrement par le protocole qui oblige l’Irlande du Nord à suivre certaines règles européennes. Cette “frontière douanière” désormais instaurée entre la province et la Grande-Bretagne est perçue par les unionistes et les loyalistes, fidèles à la Couronne, comme une remise en cause de la place de l’Irlande du Nord dans le Royaume-Uni. Voire comme l’antichambre

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :